Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Heidegger, l'oeuvre d'art                     Heidegger, l'oeuvre d'art
Sources (*) : Derrida, le parergon               Derrida, le parergon
Jacques Derrida - "La vérité en peinture", Ed : Flammarion, 1978, pp339-342

 

Soulier bleu (Henri Geride, 2012) -

Derrida, l'espacement

Pour Heidegger, l'oeuvre d'art, la chose et le produit sont entrelacés dans une structure (stricture) où le produit se place "entre" la chose et l'oeuvre

Derrida, l'espacement
   
   
   
Derrida, Heidegger Derrida, Heidegger
Derrida, la stricture               Derrida, la stricture  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

En suivant la simplification proposée par Schapiro, disons que Heidegger distingue trois modes d'être : la chose (Ding) [la chose naturelle], le produit (Zeug) [l'artefact utilitaire], l'oeuvre (Werk) [qui est toujours oeuvre d'art dans ce contexte]. Derrida conteste cette simplification mais la reprend plus ou moins à son compte.

La paire de chaussures comme telle, non peinte [c'est-à-dire l'objet utilitaire "chaussure], est un paradigme de la chose comme produit. Elle se situe, selon Heidegger, "entre" la chose et l'oeuvre. Quant au tableau de Van Gogh [l'oeuvre peinte], c'est la chose comme oeuvre. Mais cette chose ne se détache pas du produit, elle le présente. Les trois modes sont inséparables. Ils sont liés dans un enveloppement où la chose et l'oeuvre se rejoignent (elles se suffisent à elles-même) mais exhibent le produit-chaussure, c'est-à-dire leur défaillance, leur manque. La chose-oeuvre se déborde, s'excède.

Les trois éléments de la triplicité chose/produit/oeuvre ne peuvent pas être distingués. De part et d'autre (chose et oeuvre), ce sont les mêmes, et pourtant ils s'entrelacent, ils sont liés comme un lacet. La chose nue (qui est dans le tableau) tend à se dépouiller du caractère d'utilité et de fabrication (hors du tableau) en se faisant oeuvre. Mais devient-elle une oeuvre? Peut-on dire d'elle que son être est une oeuvre? Si cette certitude s'imposait, l'entrelacs stricturel perdrait sa singularité.

 

 

Jacques Derrida triture/torture les concepts de Heidegger. Il les tire vers son propre schème : l'espacement, tel qu'il l'a développé dans La Dissémination à propos de l'hymen. S'il évoque ce mot, "schème", à propos du produit qui se tient "entre" la chose et l'oeuvre, c'est pour faire la jonction entre le schème heideggerien et le sien. Si l'espacement, figé en systèmes d'oppositions (différences "strictes" de type forme/matière) vient border l'oeuvre, l'encadrer, arrêter la différance, alors, selon le vocable retenu par Heidegger, il y a "insulte" (Überfall) à la chose.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
HeideggerArt

EE.LEE

DerridaParergon

FR.LFR

DerridaEspacement

PR.LPR

DerridaHeidegger

FM.LFM

DerridaStricture

OK.LOK

VHeidegger

Rang = O
Genre = DET - DET