Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'art, l'oeuvre                     Derrida, l'art, l'oeuvre
Sources (*) : Un sujet jamais n'est présent               Un sujet jamais n'est présent
Jacques Derrida - "La vérité en peinture", Ed : Flammarion, 1978, pp387-8

 

Portee subjective de l'art (Elias Oester, 2012) -

Portée subjective

Une oeuvre se détache de sa portée subjective

Portée subjective
   
   
   
Derrida, le sujet, le moi Derrida, le sujet, le moi
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Le syntagme portée subjective est introduit dans l'analyse du texte de Heidegger, L'origine de l'oeuvre d'art. C'est une portée vocale, comme Derrida l'indique dès le début de son article (p298) : les chaussures du tableau de Van Gogh sont détachées du sujet (celui qui les portait comme celui qui les commente), elles sont détachées aussi de la correspondance, de l'échange de lettres et de voix entre ces deux savants détenteurs de l'autorité. Il y a les chaussures, et il y a leur voix qui prétend détenir la vérité des chaussures (p313). Ces voix au sujet du tableau tiennent à identifier le sujet auquel ils doivent le restituer; mais il est absent, en tous cas à cette portée-là (courte), celle de la parole vive qui se distingue d'une autre portée, beaucoup plus longue (p395, 332) : celle du fantôme qui les hante.

Quand Heidegger décrit les chaussures de paysanne en insistant sur leur utilité, leur être-produit, il "investit" (au sens d'une investiture) leur portée subjective. Il ne s'intéresse pas au tableau de Van Gogh comme tel, avec ses particularités, ses détails, ses traits singuliers. Il le décrit de manière générale, non sans tomber dans un certain pathos. Le sujet se fait alors porteur, voire propriétaire d'un certain contenu. Il est bavard, il parle du tableau, il l'enferme, le suture, le stricture dans la portée de sa voix.

Dans ce passage, Derrida n'emploie ni le mot oeuvre, ni celui d'art. Sans doute évoque-t-il ce tableau de Souliers de Van Gogh, à moins que ce ne soit celui-ci :

 

 

On peut les qualifier d''"oeuvre", laissant l'art à sa fonction sociale.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArt

DD.LDD

ProSujet

LD.LLD

PorteeSubj

LC.LLC

DerridaSujet

VD.LDD

UArtSujet

Rang = M
Genre = DET - DET