Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Artaud                     Derrida, Artaud
Sources (*) : Derrida, le commencement               Derrida, le commencement
Jacques Derrida - "Forcener le subjectile", Ed : Gallimard, 1986, pp66-67

 

- -

Ah, l'art? Que des apories!

Pour Artaud, le lieu du surgissement de l'oeuvre est d'avant le langage, avant même la naissance

Ah, l'art? Que des apories! Autres renvois :
   

Antonin Artaud

   
   
La voix d'Artaud ébranle l'art La voix d'Artaud ébranle l'art
Artaud fait oeuvre               Artaud fait oeuvre  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Artaud produit-il des oeuvres, et quel genre d'oeuvre? Derrida propose le mot pictogramme. Une oeuvre-pictogramme est une oeuvre pas encore née, pas encore oeuvre, encore subjectile, une oeuvre qui se forme et se transforme sans jamais se stabiliser. C'est une oeuvre en incubation perpétuelle, comme Artaud lui-même qui voulait revenir au moment où il n'était pas encore né. Dans l'événement où il naît, il n'est pas encore cette oeuvre ou cet oeuvre, ce grand oeuvre alchimique. Il ne se répétera pas. Il restera unique, sans dépasser ce temps de pré-naissance. Artaud désire cette naissance, il voudrait la forcer, mais il en reste au moment du souffle, entre le né et le non-né, là où la membrane résiste sans craquer. Il donne de la voix, il crie, il dessine, il chante, il jette ses sorts, ses phrases, il souffle ses mots en-deça et au-delà du sens. Bien qu'il ne dépasse jamais la naissance, bien que son oeuvre reste toujours antérieure, il ne peut pas empêcher qu'elle surgisse, et quand elle surgit, c'est comme expropriation, comme supplément.

On peut le comparer à Jean-Jacques Rousseau : malgré ses efforts épuisants pour ne pas déborder la nature nue et pure, il fait des oeuvres, il la déborde. Mais ce qui en sort, il le vit comme une dépossession (p80), une violence obstétricale. Le dessin fait suffoquer la vision. Il fait venir aux forceps une autre naissance, mais il est trahi par le subjectile. C'est le principe même du dessin qui est trahi : la ligne, et non pas la couleur.

On pourra voir ici et deux dessins accompagnés de textes un peu plus explicites. Quant à celui-là, on l'imaginera parlé dans la bouche même d'Antonin Artaud, avec son timbre et son rythme.

 

 

On peut lire : pipi kharna rena rarina / rena rarina arirta / reba tiera reba tiera / arera / trutru rarfa rarfa / ratura rarfa ratura / aruta

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArtaud

CF.LFE

DerridaCommencement

WD.LDD

ArtQuid

DB.LDB

ArtaudVoix

CE.LDD

ArtaudOeuvre

EL.LEE

T.endeça

Rang = M
Genre = MJ - NA