Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Artaud                     Derrida, Artaud
Derrida, le subjectile               Derrida, le subjectile
Jacques Derrida - "Artaud et ses doubles", Ed : Scènes Magazines, 1987, p4

 

Objet utero-phallique (Manuelle Astorba, 2011) -

Artaud veut en revenir à une scène plus originaire encore que celle de l'expropriation : la scène utéro-phallique du subjectile

   
   
   
               
                       

logo

 

Artaud jette des sorts, il conjure des puissances malignes. On peut voir ce combat dans ses dessins. Il se déchaîne à travers les orifices du visage : yeux, bouche, nez, oreilles, lieux de passage ou d'excrétion. Il y encarte des glossolalies, des mots d'une autre langue, une langue antérieure au langage articulé. Sous la surface, sous le support, sous les formes, il se passe des tas de choses : quelques fois c'est perforé, troué, d'autres fois ça résiste. Le support supposé passif s'interpose. Il devient subjectile. Artaud s'emporte contre lui : il voudrait le détruire ou lui faire prendre figure. Il ne supporte pas son indétermination. Il y met le feu (amadou), puis prétend l'amadouer. C'est cette scène double, de viol, de forçage et de mise au monde d'une oeuvre que Derrida nomme "utéro-phallique". Artaud y associe dans la même exécration le père et la mère, avec un trait d'union. En ce lieu de l'utérus et du phallus confondus, un nouveau corps se cherche, une renaissance. C'est une folie, et aussi une pensée.

Cette scène est une puissante mise en scène de la pensée, une sorte de mythos fantasmatique et pulsionnel (FLS p92). Une génitrice phallique, père et mère à la fois, se fait matrice, khôra. D'une part, le subjectile fait la loi (p96). D'autre part, c'est une matière, une substance. Il est sujet et s'expose passivement, il est gisant et gésine à la fois. Il souffre en silence et il jouit (p103).

 

 

La scène du subjectile est double, comme celle de l'hymen. Dans le même temps qui n'en finit jamais, elle se consume, se déchire et s'accomplit.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArtaud

CI.LIC

DerridaSubjectile

DD.LDD

T.retour

Rang = L
Genre = DET - DET