Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le sensible au coeur de l'art                     Le sensible au coeur de l'art
Sources (*) :              
Mariette Temis - "La charge du faire", Ed : Galgal, 2007-2012, Page créée le 20 février 2009

 

Coureuse (Willy Bau Meister, 1925) -

Le plaisir de l'arabesque tient à une mise en jeu empathique et mimétique des mouvements corporels

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

Que nous suivions les contours d'une peinture ou que nous observions les déplacements d'une danseuse, il s'agit toujours d'un mouvement continu qui fait appel à un sens interne. Selon Henry Van der Velde, la ligne agit sur notre être. L'arabesque moderne convoque une énergie motrice directement puisée au geste. Elle communique à l'observateur une ivresse, une extase qui est à l'origine de la beauté. C'est un phénomène involontaire d'imitation, de contagion des gestes par la vue qui fait affluer le sang sous l'épiderme et soulève les chairs et les membres. Voir un bel ornement ou un décor peut procurer une sensation analogue à celle qu'on éprouve en voyant une danseuse : une vibration interne, eurythmique. L'oeil se conduit comme organe du mouvement, il danse. Il se laisse hypnotiser.

En passant de la représentation du mouvement à l'abstraction, Kupka pensait reproduire les mêmes courbes et les mêmes droites. Il était saisi, hypnotisé par le démon de la ligne. ll pensait que toute expression linéaire ou ornementale pouvait être ramenée à une mimographie, que tout artiste créateur était une sorte de mime. L'image kinésthésique induit un état corporel, elle déclenche des effets dans la respiration, la circulation, l'équilibre, elle procure une jouissance en reflétant les forces intérieures du sujet. Ce n'est pas une illusion, puisque nous l'éprouvons.

 

 

Si l'art est l'expression subjective des mouvements accumulés par le corps propre, s'il est une reviviscence de nos états moteurs antérieurs, alors l'arabesque en est la concentration formelle. Elle éveille des émotions qui enracinent l'art dans la vie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Mariette
IVocalEsthesie

GL.LLG

T.empathie

Rang = Parabesque
Genre = MJ - NA