Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Derrida annonce l'oeuvre à venir                     Derrida annonce l'oeuvre à venir
Sources (*) : Modernité, sujet, énonciation               Modernité, sujet, énonciation
Mireille Calle-Gruber - "Jacques Derrida, la distance généreuse", Ed : La Différence, 2009, pp30-31

 

Saint Luc - detail de l'Annonciation (Benedetto Bonfigli, 1450) -

Dans l'Annonciation de Bonfigli, l'événement est - comme chez Derrida - une promesse de langue et de livre, une graphie "à venir", à écrire par l'autre qui hante la scène

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Cette représentation de St Luc évangéliste en train d'écrire sur un rouleau blanc est extraite d'une Annonciation de Benedetto Bonfigli, peinte vers 1450-53, qui a été commentée par Louis Marin (voir ici la reproduction complète). Elle présente une étrange particularité : l'évangéliste est représenté au moment où il n'a pas encore commencé à écrire. Sur ses genoux, le rouleau est encore vierge de tout récit, et un livre est exhibé sur sa cuisse gauche pour que l'observateur puisse constater par lui-même que les pages sont blanches. Alors que l'Evangéliste s'apprête à écrire sur la surface d'un rouleau, un autre rouleau est enroulé autour de la tête du boeuf, cet animal qui est le signe usuel de reconnaissance de Luc. Il fait la transition entre un grand livre rouge fermé et le livre blanc ouvert.

Il n'y a donc pas encore de message. Seule l'alerte est donnée. Les mots annoncés sont à écrire, encore inconnus. La présence de Luc ne témoigne pas d'un événement, mais d'une promesse, ou plutôt de l'événement d'une promesse inouïe encore à écrire. Dans le même temps, Luc écrit déjà et n'écrit pas encore. Il atteste que cela est venu, et que cela viendra. Il hante la scène dont il est absent, flanqué de son double, l'animal, qui signe pour lui sa présence et le précède en protégeant un livre clos, qui reste pour nous illisible. Le tableau montre un décalage dans le temps, une différance déjà en mouvement, avant que l'histoire ne soit écrite.

 

 

"Point d'énoncé visible ni lisible en effet. Il y a d'autant plus d'intermédiaires qu'il y a de l'inentamable secret. Les mots annoncés sont inconnu(e)s : à écrire. Il se dit ici une promesse de langue, encore inouïe (...) Luc n'écrit pas (pas encore); il fait foi. Garant, gardien et otage de l'écrire, il atteste : que cela viendra" (Mireille Calle-Gruber, Jacques Derrida, la distance généreuse, p31).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CalleGruber
OeuvreAVenir

WN.LLD

ModSujet

XN.LDD

U.hantise

Rang = RBonfigli
Genre = MR - IA