Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, auto - affection                     Derrida, auto - affection
Sources (*) : Derrida, la déconstruction               Derrida, la déconstruction
Jacques Derrida - "Mémoires pour Paul de Man", Ed : Galilée, 1988, p104

 

La parole affectee -

Derrida, la parole

Dans l'événement aporétique, la parole s'affecte du dehors, sa valeur d'acte et de vérité se déconstruit

Derrida, la parole
   
   
   
Derrida, la promesse Derrida, la promesse
Derrida, l'aporie               Derrida, l'aporie  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Selon Heidegger, Le langage parle (die Sprache spricht). Avant tout engagement de notre part, nous sommes déjà engagés par la parole (die Sprache, c'est la langue, le langage, et aussi la parole). Paul de Man remplace cette formulation par La parole promet (die Sprache verspricht). La promesse, dans son ambiguité, est plus vieille encore que le langage. Dans son énonciation, elle est déjà là, mais à venir, toujours en excès par rapport à elle-même. Elle est à la fois un acte (performance), et un constat. Cet écart entre fonctions constative et performative est une aporie : il n'y a ni la parole avant l'acte, ni l'acte avant la parole, il y a les deux.

La parole est un rapport à soi, mais elle passe par une promesse qui ne passe pas. Dans la dernière version de son texte (Allegories of Reading), de Man a écrit : Die Sprache verspricht (sich). La parole se promet, et dans cet acte, elle se déconstruit. Tel est l'événement aporétique selon Jacques Derrida : une auto-affection et auto-déconstruction qui porte sur la valeur même de l'acte, sa vérité.

La langue n'est pas un instrument dominable. C'est elle qui se dit, mais en se disant, elle se perturbe, se pervertit, s'auto-affecte. Paul de Man appelle cela l'"allégorie de l'illisibilité". La promesse portée par le langage est originaire (toujours déjà là), elle est inévitable (elle engendre l'histoire) mais impossible (c'est une allégorie, une scène). Cette impasse ne lui vient pas par accident, mais c'est du dehors qu'elle lui vient.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAutoAffection

EE.LEE

DerridaDeconstruction

JK.LJK

DerridaParole

MN.LLL

DerridaPromesse

DP.LPP

DerridaAporie

DF.LFD

U.aporie

Rang = LP
Genre = DET - DET