Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Crise de l'autorité                     Crise de l'autorité
Sources (*) : Faire du neuf ou mourir               Faire du neuf ou mourir
Hannah Arendt - "La crise de la culture", Ed : Folio, 1972, p215

 

Mosaiques de la gallerie Umberto (Naples) - -

L'humain est parole et action

En grec comme en latin, la liberté est un attribut du faire et de l'agir associé au commencement (arkhein, agere), plutôt qu'à un processus (prattein, gerere)

L'humain est parole et action
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

A la différence des langues modernes, il y avait en grec et en latin deux mots distincts, quoique apparentés, pour "agir" :

- arkhein signifie en grec commencer, conduire, guider, par opposition à prattein, traverser, achever, mener quelque chose à bonne fin.

- agere signifie en latin mettre en mouvement, mener, par opposition à gerere dont le premier sens est "porter" et qui correspond à la continuation ou au maintien d'actes passés.

Arkhein comme agere témoignent d'une expérience d'homme libre, d'homme seul ou de dirigeant (arkhon), où quelque chose de neuf provient d'une capacité spontanée à commencer. Avec l'aide des autres, l'initiateur peut agir effectivement (kratein), il peut "augmenter" les fondations (gerere), aller jusqu'au bout.

Dans les deux cas, le mot qui à l'origine désignait le second temps de l'action (prattein et gerere) est devenu le mot courant pour l'action en général, tandis que le mot désignant le commencement (arkhein, agere) a pris un sens spécial (le commandement) (Condition de l'homme moderne, pp247-8).

Pour St Augustin dans la Cité de Dieu, la liberté n'est pas une expérience humaine intérieure. L'homme est libre par son apparition dans le monde, parce qu'il est un commencement qui a été créé. Avec l'homme, la liberté apparaît dans l'univers; si Dieu a créé l'homme, c'est pour introduire dans le monde la faculté de commencer, la liberté. Comme tout Romain, Augustin pensait que la liberté devenait manifeste dans l'acte de fondation. Il trouvait naturel que la liberté ne soit pas un attribut de la volonté [à la façon du libre-arbitre].

 

 

Tous les processus, qu'ils soient naturels, cosmiques ou historiques, sont automatiques. L'homme y est soumis, mais il peut s'affirmer contre eux par l'action. Même quand les civilisations stagnent, quand la vie politique est pétrifiée, la source de la liberté demeure présente. C'est un don que l'homme semble avoir reçu, et dont on trouve des traces et des signes dans toutes ses activités.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Arendt
ArendtAutorite

KD.LKD

ArendtNouveau

EL.LEL

ArendtParole

EG.LEG

Q.double

Rang = RLiberte
Genre = MR - IB