Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Deux genres de morale                     Deux genres de morale
Sources (*) : La femme et le "care"               La femme et le "care"
Carol Gilligan - "Une voix différente, Pour une éthique du "care"", Ed : Champs, 2008, p40

 

-

Carol Gilligan

[Femmes et hommes posent différemment le problème moral : les unes privilégient les responsabilités à l'égard d'autrui ("care"); les autres les droits de chacun ("justice")]

Carol Gilligan
   
   
   
"Care", justice, politique "Care", justice, politique
Penser à partir du "care"               Penser à partir du "care"    
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Les deux morales sont distinctes et diffèrent par leurs priorités. La conception féminine se caractérise par une préoccupation du bien-être d'autrui. Elle n'est pas conçue comme une justice attachée à des droits ou des règles, mais comme une connexion entre personnes. Son mode d'action est contextuel et narratif. Alors que la conception dominante de la morale, celle qui est supposée la plus élevée (celle de l'homme) implique la définition de droits humains universels fondés sur des principes formels et abstraits, ce qui prédomine chez les femmes est l'obligation envers soi-même, sa famille et le monde en général. D'un côté, il s'agit de respecter les droits de chacun; d'un autre côté, il s'agit d'aider les autres, de les entendre en tenant compte de facteurs juqu'alors dévalorisés et invisibles. Par cette voix différente, ce qui s'exprime n'est pas seulement la complexité des situations, c'est la vulnérabilité des personnes, dans ses aspects les plus concrets.

On peut associer les premiers à une image de hiérarchie, et les secondes à une image de trame. D'un point de vue masculin, la morale "féminine" est criticable car trop diffuse et relativiste; tandis que d'un point de vue féminin, la morale "masculine" peut être accusée d'indifférence à l'égard d'autrui.

L'évolution du "care" après la publication du premier livre de Carol Gilligan conduit à renoncer à une association trop étroite entre le genre féminin et l'autre éthique. Par rapport à la morale dominante de la justice et des droits, l'éthique du "care" vient en plus. Sa "voix différente" ne la met pas en rivalité avec la justice, mais contribue à mettre en question la dichotomie entre universalisme et morales spécifiques, en redéfinissant en profondeur ce qui est juste, pour les hommes comme pour les femmes, et en ouvrant de nouvelles problématiques politiques.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La morale féminine repose sur l'espoir que toutes les voix puissent être entendues; masculine, elle se fonde sur des conventions logiques passées entre personnes indépendantes

-

Les femmes déchiffrent le problème moral en termes de trames, et les hommes en termes de hiérarchie

-

On ne peut comprendre l'éthique du "care" qu'en la replaçant dans son contexte, ce qui met en question la dichotomie entre universalisme et morales spécifiques

-

Les filles, qui ont vécu leur petite enfance en continuité avec leur mère, ont une capacité à se mettre à la place d'autrui que les garçons n'ont pas

-

[En assignant au "care" une place plus proche du coeur de la vie humaine, on changera les frontières morales du monde et d'autres aspects centraux de la théorie politique]

-

Le "care" fait entendre une voix qui dit ce qui jusqu'alors était resté dévalorisé, invisible et impossible à exprimer : "La personne est vulnérable"

-

L'éthique du "care" n'est pas en compétition avec la justice : elle veut "plus" que la justice, une justice redéfinie dont le "care" est le centre

-

Le "care" comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre monde, afin d'y vivre aussi bien que possible

-

Le "care" comporte deux dimensions indispensables : tendre vers quelque chose d'autre que soi; entreprendre une action concrète visant à la prise en charge de cet "autre"

-

Dans l'éthique du "care", la responsabilité est contextuelle : elle tient moins compte d'impératifs formels que des besoins concrets de soins tels qu'ils se manifestent

-

[Le "care" n'est pas un supplément à la justice, il est son pendant indissociable; les hommes et les femmes ne sont pleinement humains que s'il est reconnu sur le plan politique]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Gilligan
MoraleDouble

AA.BBB

CareFemme

GC.LDD

GilliganParcours

FF.LFF

CareJustice

EE.LEE

CareFrontieres

CM.LMM

FJ_MoraleDouble

Rang = OMorale
Genre = -