Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Faire oeuvre ébranle la signature                     Faire oeuvre ébranle la signature
Sources (*) : L'oeuvre, une seule fois               L'oeuvre, une seule fois
Pierre Delain - "Pour une œuvrance à venir", Ed : Guilgal, 2011-2016, Page créée le 29 avril 2011 Oeuvres : répondre de l'unique

[Au-delà de "Jacques Derrida", toute déconstruction à venir est suspendue à la question du nom, de la signature]

Oeuvres : répondre de l'unique
   
   
   
Pour plus d'une déconstruction à venir Pour plus d'une déconstruction à venir
L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire               L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire    
S'associer pour ++ déconstruire ++                     S'associer pour ++ déconstruire ++    

Sans doute l'immense travail accompli par Derrida autour de la question de la signature a-t-il donné lieu à des analyses érudites, des explications ingénieuses, des commentaires savants. Mais ce travail, ou plutôt cette brèche creusée entre l'oeuvre et la signature, n'est-elle pas resté jusqu'à présent close sur elle-même? Considéré plus d'une décennie après sa mort, le résultat est ambigu - pour autant qu'on puisse le contempler d'un seul regard. Les transformations introduites dans la fonction de la signature par le biais de la présentation des textes, leurs articulations, leurs pliures, les renvois complexes et les retraits en abyme, et aussi le contenu, l'insistance sur les bords, les limites et les parerga, ont-ils vraiment entamé sa signature? Ou au contraire le nom de Derrida n'est-il pas été porté à une gloire plus grande encore, plus fastueuse, plus majestueuse, ne brille-t-il pas d'un éclat encore plus aveuglant, fascinant, voire phallique? On peut toujours se poser la question, mais on peut aussi s'interroger sur la suite. La déconstruction à venir, annoncée sur d'autres plans (la démocratie, etc.) pourrait être suspendue à cette question de la signature.

Ce suspens n'est pas accidentel, il est lié au concept derridien d'oeuvre lui-même.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Derrida, date et signature]

-

[Nul ne peut garantir les "droits" d'un auteur sur une oeuvre]

-

Ce qui fait oeuvre, c'est l'arrêt de la série, la séparation de corps : ça suffit!

-

La marque ne va jamais sans son redoublement : re-marque qui répète le premier mot, le signe et le nomme

-

Une signature est essentiellement imitable; on peut l'imiter et "elle s'imite"

-

Pour qu'il y ait oeuvre, il faut l'idée ou le désir d'une oeuvre légitime, achevée, signée, et aussi le procès d'écriture qui ne laisse pas intacte cette idée

-

Ecrire, aujourd'hui, c'est mettre en abyme sa signature pour qu'elle disparaisse

-

Les chaussures de Van Gogh sont le support anonyme, vidé, d'un sujet absent dont le nom revient hanter la forme ouverte

-

[Ponge contracte une alliance infiniment inégale avec la chose : en lui sacrifiant tout, il se l'approprie et signe en son nom propre - afin de faire de son texte la signature de la chose]

-

Francis Ponge, qui s'est engagé à ne rien écrire qu'il ne puisse signer, confond son texte avec sa signature : son oeuvre est un événement chaque fois unique, irremplaçable

-

La hantise du peintre : laisser venir la coupure ou l'entaille qui hante son nom

-

La signature du nom propre entier peut dissimuler une autre signature, plus puissante, plus vieille, la signature d'un autre ou d'une autre

-

Il s'agit pour Derrida de montrer que, pour lui aussi, l'oeuvre est le glas du nom propre : elle est le lieu où le nom résonne, se dissémine, s'encrypte et se met au tombeau

-

L'oeuvre de Jean Genet (alias Gallien, fils de Gabrielle), construite comme l'extension, l'érection et la tombe de son nom, est contaminée par ses paradoxes, ses incertitudes

-

C'est toujours l'autre qui signe, le tout autre - cette violence divine qui a donné à l'homme seul le pouvoir de nommer

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
ArchiOeuvreSignature

AA.BBB

ArchiOeuvreUnique

FC.LLC

FilOrloeuvre

G.LC.LLC

DeconsAVenir

HD.LLD

OeuvrePrincipe

YQ.LLD

AssocDecons

GG.LDF

EK_ArchiOeuvreSignature

Rang = VAO-02300
Genre = -