Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la déconstruction                     Derrida, la déconstruction
Sources (*) : Derrida, sur sa vie               Derrida, sur sa vie
Jacques Derrida - "La Contre-Allée", Ed : La Quinzaine Littéraire - Louis Vuitton, 1999, p40

 

Street Art -

Derrida, l'université

Que fait la déconstruction? Pour exorciser la mauvaise image du père, elle voyage dans la culture académique, elle l'ébranle par une violente commotion

Derrida, l'université
   
   
   
Derrida, conjuration, exorcisme Derrida, conjuration, exorcisme
Le secret de Derrida, indéchiffrable               Le secret de Derrida, indéchiffrable  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida s'étonne de cette initiative extraordinaire qu'a prise Kemal Atatürk en 1928 : changer d'alphabet, passer des lettres arabes aux lettres latines au risque de déculturer tout un peuple, de lui faire perdre des siècles de mémoire. Voilà une sortie, dit-il, sans retour (il sera impossible de revenir à l'ancienne façon d'écrire). Mais ses voyages à lui, ses tournées de conférences, le reconduisent toujours à son point de départ, chez lui. Son père était déjà, lui aussi, voyageur : il faisait des tournées pour vendre et encaisser le produit du négoce de la maison Tachet (Vins et spiritueux), et chaque jour, épuisé, il revenait chez lui. C'était une contrainte, une humiliation. Parfois son fils l'accompagnait et découvrait les paysages merveilleux de Kabylie, mais surtout marquait de cette façon sa solidarité avec celui qu'il considérait comme une victime de l'injustice.

Par les voyages forcés [dans la clientèle algéroise / dans la culture académique] le fils répète l'obligation douloureuse du père. Il se met au service de l'université, comme son père se mettait au service du commerce. Mais en faisant de chaque voyage une commotion [TLF : Ébranlement produit dans l'organisme ou dans le système nerveux par un choc violent, direct ou indirect, et entraînant des troubles fonctionnels sans lésion apparente], il rompt avec lui, il tente une sortie [à la façon d'Atatürk]. Il faut que "partir" soit un traumatisme, une blessure, une conversion - voire même une mort; il faut que chaque voyage remette tout en jeu, ne laisse aucune anticipation intacte.

En renversant (imaginairement) le sens des voyages de son père, qui se répétaient chaque jour à l'identique, [en faisant de chaque voyage un départ, un commencement, une sortie], Jacques Derrida voudrait déconstruire l'injustice qui lui a été faite.

 

 

Y aurait-il plus généralement, dans la déconstruction, une culpabilité à l'égard du père que le compassion ne suffirait pas à expliquer, un souci de réparation qui tiendrait à une trahison constamment répétée [à chaque voyage], une trahison philosophique?

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDeconstruction

YG.LLK

DerridaBiographie

1997.GP.LOM

DerridaUniversite

LV.LLV

ProConjuration

VH.LHD

ArchiOeuvreCorpus

VG.LDG

UDeconstructionPere

Rang = QDeconstructionPere
Genre = MK - NG