Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le pouvoir, le souverain                     Derrida, le pouvoir, le souverain
Sources (*) : Pulsion de mort               Pulsion de mort
Jacques Derrida - "La carte postale, de Socrate à Freud et au-delà", Ed : Flammarion, 1980, p432

 

-

Derrida, le quasi - transcendantal

Le motif du pouvoir joue à l'égard de la pulsion de mort le rôle de prédicat quasi-transcendantal : il permet de la définir, mais il est débordé par elle

Derrida, le quasi - transcendantal
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il ne faut pas confondre la pulsion de pouvoir et le motif du pouvoir. La pulsion de pouvoir (ou pulsion d'emprise) est, selon Derrida, la pulsion des pulsions, une pulsion irréductible à toute autre pulsion. Cette singularité, qu'on ne trouve pas chez Freud (pour qui la pulsion d'emprise n'est qu'une pulsion prégénitale parmi d'autres), tient d'après Derrida au fait que c'est cette pulsion-là qui gouverne le rapport à soi de la pulsion. Toutes les pulsions impliquent ou présupposent un rapport à soi, et ce rapport à soi, c'est (toujours selon Derrida) à la pulsion d'emprise qu'elles le doivent. Quand le petit-fils de Freud prend plaisir à jeter la bobine loin de lui, il jouit de ce sentiment de maîtrise. Ce qu'il met en jeu est moins un rapport à la mère qu'un rapport à lui-même. En faisant disparaître l'autre, c'est lui-même qui surgit - ce que Derrida appelle un mouvement d'auto-hétéro-affection. Et c'est parce que Derrida pense que ce mouvement est le plus originel de tous qu'il affirme que cette pulsion-là est la plus irréductible.

Le policier qui, avant la panique, semble vous protéger (Cursed, film de Wes Craven, 2005).

 

 

Or cette pulsion est aussi une pulsion sadique, une pulsion de destruction. L'enfant ne se débarrasse-t-il pas de la bobine? Pour le maîtriser, il tend à dominer violemment l'objet, à lui détruire, à exercer sur lui son pouvoir (p431) C'est là qu'intervient le motif ou le code du pouvoir. La pulsion partielle, sadique, indépendante du principe de plaisir, tend à dominer la société des pulsions. En décrivant cette pulsion (comme le fait Freud), on peut décrire ce qui se fait au titre de la pulsion de mort. Celle-ci résistant à la description (et même à tout langage, ce qui a conduit Freud à renoncer à en proposer une théorie rigoureuse), ne peut se montrer ou apparaître comme phénomène que dans l'ordre du pouvoir, en tant que différance de pouvoir. C'est sa fonction transcendantale ou quasi-transcendantale car il ne s'agit pas véritablement d'une transcendance, mais d'un effet du rapport à soi. Mais, en dernière instance, si l'on peut dire, ce qui domine, c'est bien la pulsion de mort et la compulsion de répétition.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ProSouverain

IG.LIG

InsuPulsionDeMort

HE.LKJ

DerridaQuasiTransc

NF.LLK

UPouvoirMort

Rang = OPouvoirMort
Genre = MH - NP