Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le dégoût, le vomi                     Derrida, le dégoût, le vomi
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 2 novembre 2015 L'oeuvre, à la place du dégoûtant

[Derrida, le dégoût, le vomi]

L'oeuvre, à la place du dégoûtant
   
   
   
                 
                       

1. Un reste qui ne reste pas.

Le pet, le rot, le crachat ou le vomi [ainsi que la puanteur des excréments, sans parler des règles féminines] ont un point commun : ils dégoûtent. Contrairement à un parfum, par exemple, on ne peut ni les assimiler, ni les idéaliser, ni les intérioriser. On les rejette, on les chasse, on les expulse, on les exclut comme on respire. D'un côté, quels que soient les efforts, on ne peut pas s'en débarrasser complètement. La bouche reste gluante, pleine de bave et de mucosités. Mais d'un autre côté, ils n'ont pas de forme. On ne peut pas les garder. Ils restent, mais on ne peut pas mettre la main sur ce qui reste. Ils n'ont pas de valeur, pas d'intérêt.

L'énergie dont le dégoût est porteur reste absolument refoulée. On ne peut ni le transformer, ni le métaphoriser, ni le canaliser, ni l'inscrire dans une économie, ni l'arraisonnier, ni l'encadrer, ni lui opposer une valeur symétrique (par exemple : le goût). Quand on s'écarte de lui, c'est par un geste immaîtrisé, tout autre. La violence qu'il porte est irrépressible, obscène. On ne peut ni la capter, ni l'adoucir, ni l'arrêter, ni rien construire à partir d'elle.

 

2. L'innommable du logocentrisme.

Le système logocentrique est fondé sur la bouche et ses productions, mais ces productions-là sont inassimilables, elles sont l'autre absolu de ce système. Nous résistons avec force à tout ce qui n'est ni représentable, ni consommable. Certes nous pouvons remplacer le dégoût par un mot, par exemple le vomi. A la rigueur, le répugnant pourrait s'intégrer au discours. Mais le dégoût lui-même ne laisse aucun limite, aucune distance. Son expulsion est immédiate, inintégrable, irrépressible. Nous le rejetons dans l'hétérogène, dans l'innommable.

Qu'est-ce exactement que le dégoûtant? On a du mal à le définir. Il est détestable, hideux, inintelligible. C'est l'autre absolu du système, mais un autre qui n'entre dans aucune hiérarchie ni aucun discours. Il est exclu que nous y trouvions du plaisir, bien que, à son corps défendant, on puisse y trouver quelque jouissance. Quand on l'élimine, on ne peut pas en faire son deuil, on ne peut que le rejeter, chercher à se défaire de tout ce qui reste.

 

3. Oeuvrer à partir du dégoût.

Et pourtant Derrida a tenté d'écrire une oeuvre, Glas, qui rassemble tout ce que les appareils tendent à exclure, à vomir ensemble. Dans la sonorité même du mot "glas", la singularité de cette tentative se fait entendre. Tout ce qui se prend pour la logique des logiques, le discours des discours, y compris la philosophie, il faut le vomir, "comme la baleine a craché Jonas". Mais ce dégoût n'est pas n'importe lequel, il est modelé sur celui de Jean Genet dans Ce qui est resté d'un Rembrandt déchiré en petits carrés bien réguliers et foutu aux chiottes : un écoeurement qui est aussi un écoulement, un rapport d'un corps à un autre où le "je" s'éprouve dans l'autre bouche, non sans dégoût de soi-même.

Comment écrire en rompant avec le logocentrisme? Il faut s'arrêter avant que ça ne fasse sens. D'où la reprise du "Je m'éc..." de Genet par Derrida, où "Je m'écoule", "Je m'écoeure", est supplémenté par un "Je m'écris", "Je m'écarte", "Je m'écourte", etc... Il n'y a pas de relève, pas de sublimation dans ces suppléments.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'ontologie ne peut pas s'emparer du crachat, du rot ou du pet : un reste qui ne reste pas

-

On ne peut pas faire son deuil du dégoûtant : on ne peut que le vomir

-

L'énergie du dégoût reste toute autre, inassimilable et absolument refoulée

-

Ce qui suscite le dégoût est innommable dans le système logocentrique : c'est l'autre absolu, indicible, auquel aucune représentation ne peut se substituer

-

On ne peut rien substituer au dégoût : ni l'arrêter, ni l'encadrer, ni l'arraisonner, ni se demander "Qu'est-ce que c'est?", ni même le nommer

-

["Glas" peut être lu comme l'analyse interminable d'un vomissement, d'un écoeurement, d'une auto-affection qui me fait écrire : "Je m'éc."]

-

Ce qui rassemble le texte de "Glas", c'est tout ce que les appareils défensifs tendent à exclure, à vomir ensemble

-

Il faut vomir la philosophie, la rendre à la mer des textes, comme la baleine a craché Jonas

-

Par les yeux, je m'écoulais de mon corps dans celui du voyageur en même temps que le voyageur s'écoulait dans le mien - et je demeurai écoeuré, dégoûté

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDegout

AA.BBB

DerridaCheminements

DE.GOU

OeuvreDegout

BE.LEE

AZ_DerridaDegout

Rang = zQuoisDerridaDegout
Genre = -