Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le politique                     Derrida, le politique
Sources (*) : Derrida, Lévinas               Derrida, Lévinas
Jacques Derrida - "Adieu à Emmanuel Lévinas", Ed : Galilée, 1997, p152

 

- -

Un concept est indestructible dans son identité et l'unité de son noyau sémantique; mais tout concept, par exemple "politique" ou "paix", ouvre au-delà des murs, "au-delà-dans"

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La formulation retenue par Derrida, "au-delà-dans", avec des tirets, est tirée d'un commentaire du Talmud auquel Emmanuel Lévinas a donné le titre : Au-delà de l'Etat dans l'Etat (publié dans les Nouvelles lectures talmudiques, 1996). Le texte commenté est une discussion entre Alexandre le Grand (Alexandre de Macédoine, le roi politique par excellence) et des "anciens du Neguev", c'est-à-dire des rabbins. C'est Alexandre qui pose les questions (dix plus une) et les rabbins qui répondent prudemment, en ne donnant que rarement libre cours à leur pensée; et pourtant, rappelons-le, il ne s'agit pas d'un récit historique, mais d'un texte talmudique. Il faut que les rabbins répondent à la fois au-delà du politique, et dans le politique (car il ne peut pas y avoir, avec Alexandre, d'autre discussion que politique). Il leur faut évoquer la justice, la paix, la transcendance, la bonté, dans un langage accessible à ce conquérant, maître de l'empire. Le concept dont il s'agit, ici, c'est le politique (p138), qui s'oppose à la paix (p152). Tous deux tremblent sur leurs bases. Ils sont à la fois "dans" (immanents à la Cité, l'Etat) et paradoxaux, aporétiques, indécidables. Ces mots sont dans la langue, comme des concepts, et en même temps au-delà de ces concepts (une politique messianique : la paix, qui ne peut être que messianique).

Jacques Derrida travaille sur ce paradoxe à partir de l'actualité d'Israël, du sionisme. Sur la politique de cet Etat, Lévinas multiplie les points d'interrogation, les conditionnels, les prudences rhétoriques. Depuis sa fondation, il est porteur d'un engagement inconditionnel qui vise "au-delà" du politique, mais cet engagement, il le parjure, y compris pour le pire. L'"au-delà du politique" est indissociable, pour cet Etat, de ce qui arrive "dans" le politique. Israël s'est donnée une tâche inouïe (impossible), mais ne se donne que les moyens courants du politique (le possible) pour la remplir.

 

 

Plutôt que le fait sioniste, Lévinas tente d'interpréter l'engagement sioniste, la promesse, la foi jurée pour reprendre les mots de Derrida. Une paix messianique est-elle encore politique, ou bien déborde-t-elle la pensée purement politique? (Lévinas, Politique après!, dans L'au-delà du verset, p228). Ou bien : peut-on penser un politique qui excède le politique? Un concept du politique qui "se déconstruit pour former ainsi une sorte d'enclave au-dedans et au-dehors de lui-même : au-delà dans" (Derrida, p146)? Le politique peut-il intérioriser la transcendance éthique ou messianique? Il faut pour cela une conversion de ce concept, un "passage du politique vers l'au-delà du politique ou vers le "déjà non-politique"" (p148).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaPolitique

CG.LDF

DerridaLevinas

NT.LLK

UConceptFermOuv

Rang = LConceptFermOuv
Genre = MK - NG