Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
S'entendre parler                     S'entendre parler
Sources (*) : Derrida, le sujet, le moi               Derrida, le sujet, le moi
Jacques Derrida - "La voix et le phénomène", Ed : PUF, 1967, p87 Les mots de Jacques Derrida

[La structure du "s'entendre parler" (quand le sujet parlant s'entend au présent) est l'essence de la parole]

Les mots de Jacques Derrida Autres renvois :
   

Derrida, la voix

   

Derrida, la parole

   

Derrida, l'auto-affection

Derrida, la parole Derrida, la parole

Derrida, l'audition

Derrida, la voix               Derrida, la voix    
Derrida, l'ouïe, l'audition                     Derrida, l'ouïe, l'audition    

La normalité de la parole, qu'on désigne sous le nom de parole vive, c'est que quand je parle, je m'entends dans le temps que je parle. Il est clair pour moi que je comprends ma propre intention d'expression. Par cet acte vivant absolument proche de moi qui conditionne l'idée même de vérité, je montre l'objet idéal, pur, sans surface. Evitant toute aventure, j'efface le signifiant. Cette structure exemplaire, Derrida la qualifie d'"exemploralité" (Economimesis, pp73 et suivantes). Dans ce processus, la relation bouche-oreille est privilégiée.

Par la voix, qui est le présent de la parole, l'être entend son propre, même en l'absence du monde. Le logos traverse l'être et se produit comme histoire [ou comme fable].

Dans notre culture, le système de la langue est organisé par le signe, c'est-à-dire le phonème. Le sens propre des mots se donne comme présence à soi du logos. Il fait croire à la possibilité d'une maîtrise sans limite du signifiant.

S'entendre et se voir sont deux ordres de rapport à soi complètement différents. L'un est immédiatement intérieur, tandis que l'autre passe par l'extérieur.

Le "s'entendre parler" est rapport à l'autre. C'est une auto-affection, la mise en oeuvre d'un écart. Entre le "je" et le "me" du "Je me touche", ou encore entre le "moi" et le "je" du "Moi je" (le Moi-Je courant ou celui de la psychanalyse) se déclenche un mouvement, un renvoi de soi à soi qui fait venir le sujet.

En s'instituant comme ma langue, la langue s'institue aussi comme la langue de l'autre.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La voix est vécue comme une auto-affection absolument pure d'un type unique, car "je m'entends parler" sans aucun détour ni par le monde, ni par le non-propre

-

Le "s'entendre-parler" de la voix est absolument dépourvu de surface, intérieure ou extérieure

-

La voix est un acte vivant absolument proche de moi

-

La répétition de la voix se donne comme une maîtrise ou un pouvoir sans limite sur le signifiant

-

Entre la bouche et l'oreille, une oralité exemplaire (exemploralité) met en jeu la structure auto-affective du "s'entendre-parler"

-

Ainsi s'entend l'être : son propre

-

Le verbe Être, surtout quand on sous-entend "être présent", c'est le mot de l'esprit, son premier corps verbal

-

La voix s'entend au plus proche de soi, comme l'effacement absolu du signifiant, qui est la condition de l'idée même de vérité

-

En traversant l'être en vue de se dire et de s'entendre parler, le logos se diffère et se produit comme histoire

-

Le phallogocentrisme est une chose qui parle d'elle-même : elle a toujours raison quand elle s'entend

-

Quoique pris dans la présence à soi du logos, le nom propre renvoie toujours à une figuration, une inscription idéogrammatique irréductible à la différence phonétique

-

La sonorité forme un modèle privilégié pour le renvoi de soi à soi par lequel, en se sentant sentir, un sujet a lieu

-

La voix phénoménologique est la chair spirituelle qui continue de parler, d'être présente à soi, de s'entendre dans le logos, en l'absence du monde

-

Le signe marque l'autorité théorique du regard

-

Le phonème se donne comme l'idéalité maîtrisée du phénomène

-

S'entendre et se voir sont deux ordres de rapport à soi radicalement différents

-

Un sujet n'est possible que par un double mouvement : une auto-affection qui, en lui, produit le monde - et la répétition immédiate en l'autre du "s'entendre-parler"

-

La langue institue le phénomène irréductible du "s'entendre-parler pour vouloir-dire" - mais elle l'institue comme langue de l'autre, fantasme ou spectralité

-

On peut comparer le Moi de la psychanalyse à une figure étrange, double, abyssale, dissymétrique et anasémique : l'"écorce-et-le-noyau"

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
EntendParler

AA.BBB

DerridaSujet

CD.KNN

DerridaCheminements

PA.ROL

DerridaParole

BS.DIT

DerridaVoix

PC.JII

DerridaAudition

CG.LLD

BE_EntendParler

Rang = J
Genre = -