Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'écriture                     Derrida, l'écriture
Sources (*) : Derrida, le logos, logocentrisme               Derrida, le logos, logocentrisme
Jacques Derrida - "De la grammatologie", Ed : Minuit, 1967, p13

 

Photo prise en URSS -

Derrida, le gramme

La dislocation du logocentrisme se présente aujourd'hui comme telle, libérant le projet d'une science de l'écriture (grammatologie) elle-même prise dans cette dislocation

Derrida, le gramme
   
   
   
Derrida, notre époque Derrida, notre époque
Derrida, métaphysique, sa clôture               Derrida, métaphysique, sa clôture  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Sous le couvert de la raison occidentale, la phonétisation de l'écriture tend à s'emparer de la culture mondiale. Mais la science, qui développe des écritures non phonétiques, ne peut plus s'en satisfaire. Une nouveauté apparaît, un mouvement historique difficile à qualifier car on ne peut le ramener à des oppositions classiques comme révolution / tradition. C'est une libération, une remise en cause des entraves théologiques et métaphysiques. Un mouvement est lancé : l'écriture déborde la parole, échappant à la place secondaire qu'elle occupait depuis les Grecs. Au 17ème siècle, la présence s'était déplacée au coeur de la subjectivité sans mettre en question les grandes catégories du logos. Cela avait abouti au rationalisme. A présent, c'est le logos lui-même qui est mis en question.

Une nouvelle science de l'écriture peut-elle émerger, une autre science qu'on appelerait la grammatologie? On peut en douter, car une telle science, si elle existait, ne pourrait décrire ni les limites de son champ ni sa méthode [car si elle le faisait, elle se réinscrirait dans le champ de la science classique]. La clôture de la métaphysique dont Jacques Derrida fait le constat n'est donc pas sa fin. La métaphysique se disloque, mais sa dislocation même reste déterminée par elle. Rien en elle ne permet d'anticiper l'avenir, ce qui viendra après elle.

 

 

L'algorithme mathématique ne parle pas. Même s'il suppose, au préalable, l'usage du discours, les lois formelles qu'il exprime, ses structures syntaxiques sont indépendantes de tel ou tel moyen d'expression.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaEcriture

TH.KKO

DerridaLogocentrisme

NL.OLL

DerridaGramme

HI.ISS

DerridaCtp

JS.KAR

DerridaMetaphysique

MC.LLM

ULogocentrismedislocationGenre = MK - NP