Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Van Gogh, les souliers                     Van Gogh, les souliers
Sources (*) : Van Gogh force un passage               Van Gogh force un passage
Antonin Artaud - "Oeuvres complètes d'Antonin Artaud, tome 13", Ed : Gallimard, 1974, p45 - Van Gogh, le suicidé de la société

 

Souliers (Van Gogh, aout 1888) -

Chaque coup de pinceau de Van Gogh sur la toile est pire qu'un événement

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Qu'y a-t-il dans un tableau de Van Gogh? Pas de visions ni d'hallucinations, pas de drame, pas de sujet et même pas d'objet. C'est la vérité torride, sans cauchemar ni effet : un herbage, une tige, les ailes d'un oiseau, une chambre, un lit, un soulier, la nature nue et pure, mais vue de près. C'est d'une désarmante simplicité, mais la souffrance du pré-natal y est. C'est pathétique, apocalyptique et fantomatique, ce que la vie montre hermétiquement sous une chemise déboutonnée, un Grand Oeuvre si juste, si amoureusement juste qu'il dépasse la peinture, qu'il fait jaillir une force tournante, un élément arraché en plein coeur. Il dépasse l'acte de représenter la nature et vient à nous, ce musicien formidable, dans un formidable embrasement.

Rien que peintre, et pas plus, pas de philosophie, de mystique, de rite, de liturgie ni d'histoire, de littérature ni de poésie, juste un soleil, un ciel orageux ou un tournesol, des toiles, des pinceaux, sans s'évertuer à dépasser le motif. Il vient à nous, rouge de sang, emploisonné, dans la faim, la misère et l'éclatement de ses paysages.

 

[Le scripteur reconnaît qu'il paraphrase abusivement le génial envoûteur, magicien et jeteur de sorts. Il incite le lecteur à se reporter directement aux oeuvres complètes d'Antonin Artaud].

Souliers (Van Gogh, août 1888).

 

 

Ces souliers sont les seuls que Van Gogh ait fait reposer sur un sol réaliste, fait de briques rouges. Ce sol est probablement celui de la maison jaune, à Arles. Ils ont pu appartenir au paysan Patience Escalier, dont Van Gogh a fait le portrait en cette même année 1888; il est possible aussi qu'ils aient été ceux dont parle Gauguin, quand il raconte que Van Gogh avait conservé les vieux souliers qui lui avaient servi pour faire son voyage à pied, de Hollande en Belgique. En tous cas ce ne sont pas des chaussures anonymes, elles sont aussi humains qu'un portrait.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Artaud
VanGoghSouliers

SQ.SSQ

ArtaudVanGogh

EE.LEE

zi.1888.VanGogh.Vincent

Rang = Y
Genre = A -