Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Rien qu'une trace, au point d'arrêt                     Rien qu'une trace, au point d'arrêt
Sources (*) :              

 

Bruit, en rouge (E. Ru scha, 1963) -

On entend doublement les mots : par leur son et par leur sens

   
   
   
                 
                       

 

Le mot NOISE flotte dans l'air en lettres capitales. En le lisant, on l'entend doublement : par sa sonorité et par son sens. Il est à la fois lourd et brutal, comme un vacarme. Mais le mot est repoussé vers un coin, sa masse se réduit, il s'efface vers un point de fuite qui est un point de silence. Sa présence nous aide à échapper au reste de la toile, sombre et terrorisant, mais ne suffit pas. Face à un univers imprononçable, les lettres familières contribuent à stabiliser l'audition, tandis que les autres objets la rendent impossible.

Dans une interview au journal Libération daté du 6 février 2006, Ruscha déclare : "Mes tableaux sont silencieux, mais ils ont des trompettes cachées". Mais quel genre de son ces trompettes émettent-elles? Un bruit? Une musique? Un cri? Ou le son du chofar?

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Images
CabPoint

QJ.KLL

zi.1963.Ruscha.Edward

Rang = Y
Genre = MK - NG