Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
L'image reste muette                     L'image reste muette
Sources (*) : Le dessin d'Adami, voix muette               Le dessin d'Adami, voix muette
Pierre Delain - "Buées blanches sur le quai de l'Idve", Ed : Guilgal, 1988-2016, Page créée le 24 septembre 2009

 

Noyee (Valerio A dami, 1975) -

Le silence

La peinture est noyée dans le texte, c'est un roc muet dans un océan de discours

Le silence
   
   
   
"Glas", texte en double colonne "Glas", texte en double colonne
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

C'est la version en couleur, une reproduction du tableau dont Derrida a commenté le dessin préparatoire dans son texte +R (par-dessus le marché), publié d'abord en 1975, puis dans La vérité en peinture (Flammarion, 1978). On voit à droite, tronquée, sa signature sous un texte apparemment écrit de sa main, et en bas à gauche un vers qu'il a écrit dans sa jeunesse : Glu de l'étang lait de ma mort. Le texte en haut à gauche est de la main de Valerio Adami. Sous le poisson, en bas à droite, il semble y avoir écrit AJD, c'est-à-dire à Jacques Derrida. L'ensemble est un commentaire muet de Glas. Tout cela fonctionne comme un cercle ou une spirale (nous commentons Derrida qui commente Adami qui commente Derrida qui commente Genet qui parle de fleurs et raconte la prison), dans les pages d'un cahier à spirales. Mais qu'en pense le simple regardeur, qui n'est pas au courant des citations et allusions que ne partagent que les initiés, et qui observe ce tableau comme une oeuvre d'art? Un poisson est pris à l'hameçon. Il ne peut rien faire d'autre, le pauvre, que d'attendre la mort, en remuant sa queue bleue. Indifférent à ce qui l'entoure y compris à ses propres couleurs, il ne dit rien, même si les mots s'étalent autour de lui. Il est comme une flaque de silence dans une vaste mer de mots. Ainsi en est-il de la peinture en général, roc muet dans un océan de discours. Quelle est alors la signification du titre, qui vient d'Adami (intrusion de l'auteur dans notre méditation solitaire)? Il reprend le dernier mot du vers de Derrida : Glu de l'étang lait de ma mort noyée. Il agrandit ce mot, il attire notre attention sur lui.

 

 

C'est ma mort qui est noyée, dit le philosophe. Ainsi s'inverse la situation du poisson. Dans l'eau, il est vivant. S'il est sorti de l'eau (seule une violence hétérogène en est capable), s'il passe au-dessus de la ligne de flottaison ici figurée par un trait descendant, entre le rouge et l'orange, il meurt. Derrida, lui, vit dans la mer des mots. S'il est plongé dans le silence de la peinture, il s'y noie, il disparaît.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Adami
IVocalSilence

CA.DAA

AdamiParcours

VT.HLL

ProSilence

IV.JJI

DerridaGlas

UL.LLK

zi.1975.Adami.Valerio

Rang = YAdami
Genre = MJ - NA