Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la dissémination                     Derrida, la dissémination
Sources (*) : Derrida, la mimesis               Derrida, la mimesis
Jacques Derrida - "La Dissémination", Ed : Seuil, 1972, pp53-4

 

-

Derrida, dédoublement

La puissance disséminatrice de la mimesis est méconnue par la "mimétologie" - ce système de miroirs compris dans la structure de l'ontologie

Derrida, dédoublement
   
   
   
Avec l'oeuvre, la mimesis prolifère Avec l'oeuvre, la mimesis prolifère
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida oppose d'un côté la mimesis, qui opère selon une logique du double, un mouvement de dissémination inarrêtable, indérivable, et la mimétologie, où la ressemblance est liée par un système de miroirs, d'ombres, de reflets et de fantasmes, comme dans la Caverne de Platon. Quand arrive la dissémination, toute mimétologie est déplacée. On trouve un déplacement de ce genre dans l'ouvrage de Lautréamont, Les Chants de Maldoror. Les poisons, carrés, pierres, colonnes et grilles décrits dans cet ouvrage sont pris dans un mouvement qui brouille leur image. Ce ne sont plus des poisons, carrés, etc... ni quoi que ce soit qu'on puisse décrire. La mimétologie cède la place à une autre logique, que Lautréamont nomme sa poétique, et Derrida analyse sous le nom de mimesis. Dans ce texte, les nouveautés sont aussi imprévisibles que les répétitions. On avance comme dans une caverne platonicienne qui n'envelopperait plus les ombres. A la place du miroir implicite de Platon, une quatrième surface est mise en jeu.

---

 

 

Alors que la mimétologie dérivée de Platon s'inscrit dans le logos et une logique de la vérité [c'est l'"onto-spéléologie" de la caverne], la mimesis selon Jacques Derrida est l'énigme du supplément et de l'étrange duplicité [ce qu'il développera plus tard avec son concept d'economimesis]. [Ainsi les chaussures de Van Gogh ne sont pas mimétologiques, mais mimétiques].

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDissemination

EK.JII

DerridaMimesis

HM.DFF

DerridaDouble

HE.LLE

ArchiOeuvreMimesis

HD.LKE

UMimetologie

Rang = O
Genre = MH - NG