Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Et Kiefer restaura l'aura...                     Et Kiefer restaura l'aura...
Sources (*) :              
Daniel Arasse - "Anselm Kiefer", Ed : du Regard, 2007, p224

 

Les ordres de la nuit (Anselm Kiefer, 1997) -

Le choc que provoquent les oeuvres de Kiefer évoque l'effondrement de l'aura caractéristique de la sensibilité moderne

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'aura, telle que définie par Benjamin, manifeste visuellement la puissance de surgissement et de révélation inscrite dans le présent. Soudainement, l'actuel y rejoint le passé le plus lointain, le plus originel. Dans les Ciels, les Etoiles, les Voies lactées de Kiefer, on trouve un tel lointain. Mais ce qui caractérise l'oeuvre de Kiefer, c'est qu'il s'effondre. La matérialité, la monumentalité, la théatralité des oeuvres provoquent un choc physique, l'expérience d'une présence fascinante qui se déchire. Les oeuvres portent trace et mémoire d'une durée qui échappe. Leur sens est indécidable. Dans sa présence même, il s'éloigne.

L'affirmation de la puissance messianique du présent s'accompagne d'un sentiment d'exil, de perte, de séparation. L'apparition et le développement des thèmes juifs chez Kiefer rappelle le même processus chez Walter Benjamin.

 

 

Entre ce ciel et le pan de peinture de Fra Angelico, il y a une certaine ressemblance.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Arasse
KieferAura

CH.LHA

T.sensible

Rang = O
Genre = MK - NG