Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
La peinture vient en plus                     La peinture vient en plus
Sources (*) : La peinture excède le signe               La peinture excède le signe
Hubert Damisch - "Huit thèses pour (ou contre?) une sémiologie de la peinture", Ed : ronéotypée, , Thèse 7

 

-

Sur le Contemporain

[La peinture est une image d'un type particulier qui se caractérise par un surplus, un effet de plaisir spécifique qui la distingue de l'image courante]

Sur le Contemporain
   
   
   
Hubert Damisch Hubert Damisch
L'art, supplémen               L'art, supplémen    
                       

 

Pour l'iconologue, il n'y a d'image que si une signification conventionnelle se superpose à la signification "naturelle" de l'image perçue. Mais si, au contraire, on ne retient de la peinture que ce qu'elle donne à voir (et pas ce qu'elle signifie), alors cette image picturale se caractérise par un surplus de substance, un poids, une charge spécifique, qui produit un effet de plaisir ou de désir irréductible à la reproduction, la dénotation ou l'imitation. Dans ce cas l'image, le "faire image", ne se laisse penser en termes d'articulation signifiante que dans le cadre d'une sémiologie particulière, une sémiologie picturale non systématique qui renvoie à un moment spécifique de jonction entre le visible et le lisible, un temps de régression (retour à une position antérieure au discours et à la subjectivité) qui est aussi une performance, un acte d'engendrement et de productivité.

Même dans la Cité idéale d'Urbino, si rigoureuse et symétrique, ce temps de régression se laisse voir dans le ciel.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Ce qui fait le propre de la peinture n'est pas la représentation, mais une opération qui résiste au discours, un acte, une performance

-

La peinture a pour impulsion souterraine le laisser-être du désir

-

Pour la peinture moderne, le tableau est un objet où se montre l'engendrement des objets, l'activité transcendante même

-

Il faut penser la peinture dans l'écart entre lisible et visible, écart qui produit une plus-value - par différence avec l'image et constitution d'une textualité spécifiquement picturale

-

On ne peut accéder au niveau sémiotique en peinture ni par le signe, ni par l'image, mais par régression dans un moment antérieur au symbolique et à la position de sujet

-

La "Città ideale" d'Urbino démontre les pouvoirs de la peinture en tant que telle

-

La peinture expose l'autre scène qui vient en plus, par-dessus le marché, à l'envers du texte et de l'image

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Damisch
PeintureSurplus

AA.BBB

PeintureSigne

EI.LEI

PlanSite

GP.LLM

DamischCheminements

DF.LFF

ArtSupplement

DE.LED

DP_PeintureSurplus

Rang = L
Genre = -