Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Freud, la psychanalyse                     Derrida, Freud, la psychanalyse
Sources (*) : Psychanalyse, anasémie               Psychanalyse, anasémie
Jacques Derrida - "Psyché, Inventions de l'autre (tome 1)", Ed : Galilée, 1987, p155

 

Espace mental -

Derrida, la traduction

En proposant un nouveau concept anasémique de traduction, hors de lui-même, Nicolas Abraham opère une conversion, une transmutation

Derrida, la traduction
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dès le début de son introduction au livre de Nicolas Abraham et Maria Torok L'écorce et le noyau, Derrida annonce la couleur : "J'introduis ici - moi -, à une traduction". Quelle traduction? Une autre traduction, une nouvelle traduction, un nouveau concept de traduction que Nicolas Abraham découvre ou invente. En psychanalyse, c'est dans une autre langue qu'on traduit, une langue inaccessible, définitivement étrangère, qui n'a pas de sens (anasémique), que l'on peut désigner par les mots inconscient, libido, pulsion, introjection, incorporation, crypte, ou fantôme, mais qui reste indéchiffrable. Cette langue n'est jamais présente et ne peut se dire que dans sa propre écriture. Dans la figure de l'écorce-et-du-noyau, elle est le noyau imprésentable. Il n'est pas de noyau sans écorce, mais les deux pôles sont incommensurables.

Comment traduire l'imprésentable dans le discours de la présence? Comment traduire l'insignifiable dans l'ordre de la signification? Telle est la question posée par Derrida, à la suite de Nicolas Abraham. Avec ce nouveau concept de traduction s'opère une mutation, une transmutation : on ne traduit plus en fonction d'un code, mais en fonction "des conditions non langagières du langage". On ne produit rien qui ne soit présent (ni authentique, ni intact, ni originel, etc...). Ce qui s'ouvre est de l'ordre du transphénomène, d'une hétérogénéité absolue, "au delà ou en deça du sens". C'est la traduction elle-même qui est traduite autrement, dans un autre concept.

 

 

Ce concept de traduction issu de Freud opère également sur les textes et dans les textes de Nicolas Abraham lui-même. Il peut être développé thématiquement dans l'analyse de l'affect, la perception, la représentation, etc..., il peut conduire à un "déchiffrement historique et institutionnel du champ psychanalytique" - mais il peut aussi être lu comme interprétation anasémique de l'anasémie, performance.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaFreud

LF.LLK

PsychAnasemie

FE.LEF

DerridaTraduction

HM.LMM

UTraductionHorsIn

Rang = OTraductionAnasemie
Genre = MK - NG