Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Oeuvre performative, oeuvrance                     Oeuvre performative, oeuvrance
Sources (*) : L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire               L'oeuvre derridienne, vaccin contre le pire
Pierre Delain - "Pour une œuvrance à venir", Ed : Guilgal, 2011-2016, Page créée le 19 février 2015 Et il faut œuvrer, c'est l'éthique même

[Dans une oeuvre s'affirme, inconditionnellement, un principe de performativité, une œuvrance]

Et il faut œuvrer, c'est l'éthique même
   
   
   
Les mots de l'Orlœuvre Les mots de l'Orlœuvre
                 
                       

1. L'"oeuvre performative".

A notre connaissance et sauf découverte ultérieure, le syntagme «œuvre performative», n’apparaît qu’une seule fois dans le corpus de Jacques Derrida. Cette unique occurrence se situe dans L’Université sans condition (p33) :

«Je me réfère donc ici à une université qui serait ce qu’elle aurait toujours dû être ou prétendu représenter, c’est-à-dire, dès son principe, et en principe, une «chose», une «cause» autonome, inconditionnellement libre dans son institution, dans sa parole, dans son écriture, dans sa pensée. Dans une pensée, une écriture, une parole qui ne seraient pas seulement des archives ou des productions de savoir, mais, loin de toute neutralité utopique, des œuvres performatives».

Cette citation s'inscrit dans un développement qui porte sur l'université et le "genre" d'oeuvre qu'on peut y faire aujourd'hui. Mais tout indique dans ce texte que Derrida ne songe pas seulement à l'université. Le chapitre commence par la phrase "Comme si la fin du travail était à l'origine du monde"(p25), et continue en précisant que "le comme si paraît approprié à ce qu'on appelle des oeuvres, singulièrement les oeuvres d'art" (p31), "toutes les idéalités discursives", "et même une certaine structure des objets scientifiques en général". C'est dans ce sens plus général que nous utiliserons dans ce texte le terme "oeuvre performative".

 

2. Le performatif dans le corpus derridien.

La théorie derridienne du performatif est déployée dans deux textes princeps, Signature événement contexte (première publication en 1971) et Limited Inc abc (première publication en 1977). Ces deux textes se présentent comme un développement analytique et polémique de la théorie de l’écriture développée dans les différents ouvrages de Jacques Derrida publiés depuis ses débuts, notamment dans De la grammatologie et L’écriture et la différence (1967). Ce n’est pas le lieu ici de donner une présentation générale de cette théorie, ni même de reconstituer l’argumentaire de Jacques Derrida autour de l’acte de langage. Nous n’en donnerons qu’une lecture ou réinterprétation partielle sous un angle très spécifique, celui de deux apories à partir desquelles nous tentons de construire ce concept d’œuvre performative. John L. Austin a frôlé ces apories sans les problématiser, tandis que John R. Searle ne les a pas prises en considération, et a même cherché à les faire disparaître de sa construction théorique. En insistant sur leur prévalence dans l’acte de langage, Derrida ne renonce pas à une théorie du performatif. Au contraire il cherche à relancer la question de la performativité, à l’élargir en lui donnant une toute autre valeur. C’est sur cette valeur qu’il insiste lorsqu’il analyse différents types d’œuvres (philosophiques, littéraires, picturales) ou d’actes discursifs (par exemple la Déclaration d’indépendance américaine).

 

3. Les apories du performatif.

Derrida revient à de nombreuses reprises sur les deux apories qui structurent, selon lui, l'acte performatif. Ce sont :

a. Aporie n°1 : pure reproductibilité d'un événement pur.

cf l'analyse de cette aporie, qui peut s'énoncer : Une oeuvre ne peut affirmer sa singularité, son unicité, qu'en réitérant des modèles et des conventions (§1).

b. Aporie n°2 : entre performatif et constatif, indécidabilité.

cf l'analyse de cette aporie, qui peut s'énoncer : Une oeuvre est indécidablement performative et constative, car tout ce qu'elle invente, elle le présente comme un constat (§1).

 

4. Quelques oeuvres.

Je vais maintenant reprendre l'analyse de quelques oeuvres commentées par Derrida, notamment dans Restitutions de la vérité en peinture, en posant chaque fois la question : Qu'est-ce qui fait de ces œuvres des œuvres? Chaque fois, j'essaierai de montrer que ce qui joue en elles, c'est l’affirmation d’une œuvrance aporétique, qu'aucune conditionnalité externe ne suffit pour expliquer ou saturer.

 

a. les Souliers de Van Gogh : la peinture à même l'oeuvre.

b. le Double portrait des époux Arnolfini : D'un témoignage silencieux

c. Gérard Titus-Carmel : la performance sans présence.

d. la Déclaration d'indépendance américaine : une oeuvre performative qui se pose en s'inventant.

 

5. Oeuvre performative et principe de l'oeuvre.

De ce parcours dans quelques œuvres et dans l’œuvre derridienne elle-même, nous pouvons déjà tirer quelques conclusions. Si d’une part il n’est d’œuvre que performative, et si d’autre part l’analyse du performatif austinien conduit à souligner son caractère aporétique, alors au cœur de toute œuvre, ce qui la met en mouvement, son œuvrance, ne déploie son énergie (ergon) qu’à laisser venir en elle cette dissociation, cette discordance, ce désajointement, qui fragilisent toute structure, système, théorie, genre ou style. Tout engagement dans une œuvre, tout œuvrement, doit faire avec cette formulation du principe inconditionnel : « il y a de l’aporie » (sous-entendu : même et surtout dans l’œuvre). Certes, d’un autre côté, l’œuvre ne peut exister qu’à limiter, borner, arrêter, dissimuler, transformer la dimension d’incertitude (d’imprévisibilité, de non-sérieux) du performatif. La séduction qu’elle exerce est suspendue à cette fragilité, cette complexité transactionnelles. Mais il n’y a pas d’œuvre sans qu’agisse le principe de l’œuvre – aussi effacé soit-il.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Derrida, acte de parole ou de langage, performatif]

-

[Aporie n°1 de l'oeuvre performative : "Elle ne peut affirmer sa singularité, son unicité, qu'en réitérant des modèles et des conventions"]

-

[Aporie n°2 de l'oeuvre performative : "Elle est indécidablement performative et constative, car tout ce qu'elle invente, elle le présente comme un constat"]

-

Avec son énigme irrésolue, le "double portrait des époux Arnolfini" (Van Eyck, 1434) témoigne, en silence, des apories de l'"oeuvre performative"

-

Dans un tableau, c'est la peinture elle-même qui est à l'oeuvre, à même l'oeuvre

-

La "performance sans présence", autre nom de l'oeuvre performative, c'est cet acte qui produit l'oeuvre en disant : "Ça suffit!", au bord du secret

-

[Rien, dans l'oeuvre performative, ne fait autorité : ni la Vérité, ni la Réalité, ni la libre Souveraineté d'une Fiction]

-

Une oeuvre performative s'institue elle-même, elle se pose en s'inventant, comme un acte fondateur

-

[Il n'est, de nos jours, d'oeuvre digne de ce nom que performative]

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
OeuvrePerf

AA.BBB

OeuvrePrincipe

DC.LDC

ArchiOeuvreDecons

DD.LKK

MotsOrloeuvre

HE.LHE

DA_OeuvrePerf

Rang = OOeuvrancePerformatif
Genre = -