Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'autre                     Derrida, l'autre
Sources (*) : L'oeuvre garde /manifeste le secret               L'oeuvre garde /manifeste le secret
Jacques Derrida - "Donner La Mort", Ed : Galilée, 1999, p84

 

Le secret (Rodin, 1910) -

Derrida, le secret

L'autre est celui qui garde le silence, celui qui, comme un tout autre ou un Dieu, ne partage pas avec nous son secret

Derrida, le secret
   
   
   
Derrida, la tora Derrida, la tora
               
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Dans l'Epître aux Philippins (2, 12), St Paul dit "adieu". Il demande aux disciples d'obéir malgré son départ. Par son retrait, son absence, il les livre à la solitude, à la crainte et au tremblement. Dieu lui-même n'est-il pas caché, silencieux, séparé, secret? Quand il décide, il ne donne pas ses raisons, il ne partage rien. S'il parlait, il ne serait pas Dieu. Qu'il s'agisse de Saint Paul ou de tout autre, le rapport à l'autre (à n'importe quel autre) est marqué par la séparation, le secret. Pour qu'il y ait de l'autre, il faut ce silence dans le langage. Sans cela, sans ce silence, dans le milieu du langage, on perdrait toute singularité.

Il en est ainsi dans la Genèse, lors du sacrifice d'Isaac. Abraham ne partage son secret ni avec sa femme Sarah, ni avec son fils Isaac, ni avec son serviteur Eliezer, ni avec nous les lecteurs. Quand il envisage de mettre à mort ce qu'il a de plus précieux, son fils unique, irremplaçable, il ne peut que garder ce secret terrible car il ignore lui-même le sens et les raisons ultimes de cet acte. Il trahit sa famille, ses proches, son fils, sans rien en dire. S'il parle (en disant que Dieu pourvoira l'agneau pour l'holocauste), c'est en répondant à côté, pour ne rien dire de l'essentiel. Il ne ment pas, ne dit rien de faux, mais ne peut pas dire ce qu'il ne sait pas encore. Sa responsabilité, sa liberté, c'est d'assumer sa solitude dans la décision. Nul ne peut décider à sa place. Vis-à-vis des autres, il ne se justifie pas, il ne répond de rien. Ce n'est pas sur la généralité de l'autre qu'il doit se régler, mais sur sa singularité. Dès qu'il entre en rapport avec cette singularité en tant qu'autre et unique (Dieu), il n'a plus de comptes à rendre au sens commun, à l'éthique courante, celle des autres en général.

 

 

L'autre est séparé. En latin, secernere, c'est séparer; cette séparation donne chance à la rencontre, à l'événement, à l'amour même.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAutre

ES.ECC

IVocalSecret

DC.LLD

DerridaSecret

ED.LED

DerridaTora

KJ.LLO

UAutreSilence

Rang = O
Genre = MR - iVoix