Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, auto - affection                     Derrida, auto - affection
Sources (*) : Derrida, le jeu               Derrida, le jeu
Jacques Derrida - "La Dissémination", Ed : Seuil, 1972, pages 281, 283

 

Pliures de l'hymen (Susuke Shitima, 2010) -

Derrida, femme, différence sexuelle

L'hymen, se divisant, se rapporte à lui-même par des pliures dont rien, dans sa syntaxe, ne peut arrêter le jeu

Derrida, femme, différence sexuelle
   
   
   
Double sens de l'hymen Double sens de l'hymen
Derrida, voile, dévoilement               Derrida, voile, dévoilement  
Derrida, l'hymen                     Derrida, l'hymen    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Mallarmé rappelle la nécessité absolue de plier le livre. Mais pourquoi l'hymen? Pourquoi plier cet hymen qu'on déchire? A cause du double sens du mot, qui est à la fois déchirure et union nuptiale. Les deux s'effectuent dans le même temps (au moment de l'union sexuelle, on déchire l'hymen). Dans l'hymen, dans son angle ou sa fente, s'effectue la pliure. Dès le commencement, l'hymen était double : son propre dehors et son propre dedans (à la limite de la femme, et à l'intérieur). Dans l'antre féminine, il est retourné en sa surface. Il était déjà déchiré, affecté d'une déchirure seulement suspendue. Mallarmé parle de l'hymen de la morgue : le mal était déjà dedans. Il n'y a qu'un entr'acte, un entre-temps avant qu'il ne s'écarte, n'appartenant ni au passé, ni au présent, ni au futur (il n'y a pas de vierge). La déchirure recommence toujours et Mallarmé, lui aussi, écrit suivant cette syntaxe qu'on ne peut pas arrêter.

-------

L'hymen entre dans la série des termes qui, selon Derrida, s'auto-affectent : la voix, le temps, l'ouïe (s'entendre-parler), le toucher, l'imagination, la poésie, etc... et aussi, peut-être, l'oeuvre d'art, dont l'auto-affection est inarrêtable. On peut même aller encore plus loin. Et si l'hymen était l'un des noms derridéens de dieu?

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAutoAffection

FL.JJI

DerridaJeu

GY.IIJ

DerridaFemme

HD.HHJ

HymenDouble

GD.LDD

DerridaVoile

JH.LHH

DerridaHymen

GD.LDG

T.division

Rang = L
Genre = DET - DET