Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
L'oeuvre derridienne : traduire le retrait                     L'oeuvre derridienne : traduire le retrait
Sources (*) : Derrida, la tour de Babel               Derrida, la tour de Babel
Pierre Delain - "Pour une œuvrance à venir", Ed : Guilgal, 2011-2016, Page créée le 24 janvier 2016 Derrida, la traduction

[Jacques Derrida se donne pour tâche de mettre en oeuvre le retrait inouï qui exige, inconditionnellement, d'être traduit]

Derrida, la traduction
   
   
   
                 
                       

Refusant la construction de la tour, le Dieu-Babel clame : "Je me déconstruis". "Aussi    on a appelé son nom   Babel       parce que là   Adonaï a embabelé     la langue de toute la terre         Et de là     Adonaï les a éparpilllés sur la face     de toute la terre" (Gen 11:9, traduction de Henri Meschonnic). Après cela, ils cessent de bâtir la tour, mais la descendance de Shem, dans sa diversité, est énumérée jusqu'à Abraham, ce contemporain de Nemrod à qui l'ordre est donné de quitter son père, sa mère, sa famille, sa patrie et même les dieux de ses ancêtres.

Mais comment traduire "Je me déconstruis"? Peut-être toute l'oeuvre derridienne est-elle motivée par cette interrogation. Quel est l'"à-traduire" de cet acte de langage unique, proféré comme un nom qui oblige à la déliaison, à l'éparpillement, à la dissémination des langues? Babel force à traduire dans une autre langue, la langue philosophique, à condition que celle-ci soit aussi, dans le même mouvement, déconstruite et traduite, à condition qu'à l'impossible système, on puisse suppléer par des tropes. Si elle ne l'était pas, il y aurait un risque qu'à nouveau la tour se construise, voire s'achève : mal radical, totalitarisme, langue unique.

Ce qui caractérise un texte sacré, c'est que, d'une part, s'il n'était pas traduit, il ne serait rien. Il attend tout des traductions. Cela ne veut pas dire qu'il soit vide, car ce qu'on appelle un "original" aura déjà fait signe vers lui. Mais dès que cet original est traduit, il perd son statut, il n'est qu'un texte parmi d'autres. D'autre part, le texte sacré est intraduisible. Quoiqu'on en dise, il faut toujours faire signe, aussi, vers cette faille, ce secret, cet anéantissement. En clamant son nom (par exemple Derrid-El), le déconstructeur met en oeuvre ce retrait. Rien ne l'y conduit : aucune tâche, devoir, obligation, rien d'autre que cette proclamation qui ne s'énonce jamais comme telle, mais seulement à travers l'oeuvre.

Tout doit être fait pour conjurer l'effacement du nom. Le pire, ce serait de l'expliquer, de lui donner un sens, d'en altérer ce qui en lui passe l'entendement : la graphie, la lettre, la motivation.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Dans le texte de la Genèse, le statut et l'événement de Babel, comme texte sacré, est unique

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
RetraitTraduction

AA.BBB

DerridaBabel

WD.LLK

DerridaTraduction

VE.LEF

DJ_RetraitTraduction

Rang = KDerridaRetraitTraduction
Genre = -